CANADIAN BASEBALL HALL OF FAME UNVEILS DIVERSE 2016 INDUCTEE CLASS

logo2St. Marys, Ont. – It’s one of the most diverse inductee classes in the 33-year history of the Canadian Baseball Hall of Fame.

Ex-Toronto Blue Jays pitcher Pat Hentgen and former Montreal Expos hurler Dennis Martinez will be inducted in a ceremony on Saturday, June 18 in St. Marys, Ont., along with trailblazing Canadian scout Wayne Norton (Port Moody, B.C.), long-time Blue Jays executive Howard Starkman (Toronto, Ont.) and early Blue Jays TV analyst Tony Kubek. Baseball pioneer William Shuttleworth (Brantford, Ont.) will also be enshrined posthumously.

“We’re proud to honour such a diverse class. Each of the new inductees has made a significant contribution to baseball in Canada in their own unique way,” said Scott Crawford, the Canadian Baseball Hall of Fame’s director of operations. “We’re looking forward to celebrating their careers in St. Marys this June.”

The induction ceremony will be part of a festival of events that will also include a celebrity slo-pitch game and home run derby (June 16), the Hall’s 20e annual celebrity golf tournament and banquet (June 17) and a Downtown Family Baseball Street Festival (June 18).

2016 Inductee Bios

Pat Hentgen

Pat HentgenNé en 1968 à Détroit au Michigan, Hentgen a été associé aux Blue Jays de Toronto pendant 26 ans, soit comme joueur, entraîneur, ambassadeur ou assistant spécial. L’intense lanceur droitier a été repêché par les Jays en cinquième ronde en 1986 et a fait ses débuts avec la formation en 1992. Il avait alors pris part à 28 parties, principalement en relève, lors de l’année de la première conquête de la Série mondiale.

La saison suivante, il a été inséré dans la rotation des lanceurs partants, se forgeant une réputation de joueur tout-étoile. Il a remporté 19 victoires et a gagné le match #3 de la Série mondiale, aidant les Jays à mettre la main sur un deuxième titre consécutif. À partir de ce moment, l’athlète de 6 pieds et 2 pouces est devenu l’as de la rotation. Il a pris part à son deuxième match des étoiles en 1994, a gagné 20 matchs, a lancé le plus de manches dans l’Américain (265,2), a complété le plus de matchs (10) et a réussi le plus de jeux blancs (3) en 1996 tout en devenant le premier Jays à gagner le trophée Cy Young. Il a également dominé l’année suivante, menant la Ligue pour les matchs débutés (35), les manches lancées (264), les matchs complétés (9) et les jeux blancs (3).

En dix saisons avec la formation torontoise, Hentgen a obtenu 107 victoires (cinquième plus haut total de l’histoire de l’équipe). Il est également le cinquième meilleur lanceur de l’équipe pour les matchs débutés (238), les manches lancées (1636), les retraits au bâton (1028) et les jeux blancs (9).

Hentgen a ensuite fait un court séjour d’une saison avec les Cardinals de Saint-Louis en 2000 et ensuite avec les Orioles de Baltimore (2001 à 2003) pour compléter sa carrière de 14 saisons dans les Majeures. Après avoir accroché ses crampons, il est revenu dans le giron des Blue Jays comme entraîneur au camp d’entraînement et par la suite comme ambassadeur et instructeur dans l’enclos des releveurs. Il est maintenant un assistant spécial avec l’équipe.

“When I was told the news about being inducted into the Canadian Baseball Hall of Fame, I thought, ‘What an honour!’” said Hentgen.  “I’m looking forward to a great weekend.”

Dennis Martinez

Dennis Martinez (4) - CopyNé en 1954 à Granada au Nicaragua, Martinez a obtenu 100 victoires (le deuxième plus haut total de l’histoire des Expos) en huit saisons avec la formation montréalaise, de 1986 à 1993. Le lanceur droitier se classe également deuxième chez les Expos pour le nombre de départs (233) et les manches lancées (1609) et troisième pour les retraits sur des prises (973), matchs complets (41) et jeux blancs (13). Surnommé El Presidente, Martinez a été le premier joueur originaire du Nicaragua à jouer dans les Majeures. Lorsqu’il a lancé son match parfait, le 28 juillet 1991, le seul de l’histoire des Expos, le descripteur des matchs des Expos et membre du Temple de la renommée depuis 2014 Dave Van Horne l’avait renommé El Presidente, El Perfecto.

Pendant son séjour avec les Expos, Martinez a été invité à trois matchs des étoiles (1990, 1991 et 1992) et a dominé la Ligue nationale en 1991 pour la moyenne de points mérités (2,39), les matchs complets (9) et les jeux blancs (5). Au cours des huit saisons avec l’équipe, il a compilé une MPM de 3,06 et gagné 10 parties ou plus sept fois et 15 ou plus, quatre fois.

Martinez a été échangé aux Expos le 16 juin 1986, après avoir récolté 108 victoires à ses 11 premières saisons avec les Orioles de Baltimore. Lorsqu’il a enregistré sa 100e victoire avec les Expos, il est devenu l’un des dix artilleurs à atteindre le plateau des 100 gains dans les deux Ligues. Il a également porté les couleurs des Indians de Cleveland (1994 à 1996), les Mariners de Seattle (1997) et les Braves d’Atlanta (1998). Il a joué un total de 23 ans dans les Majeures, terminant sa carrière avec 245 victoires, bon pour le 52e rang de l’histoire.nd all-time.

El Presidente a également mis sur pied une fondation à son nom qui vient en aide aux enfants démunis du monde entier. Au cours des dernières années, il était le gérant de l’équipe nationale du Nicaragua et entraîneur des lanceurs pour les organisations des Orioles et des Cardinals de St-Louis. En 2013, il était entraîneur dans l’enclos chez les Astros de Houston.

“I felt so great to hear this news to be inducted into the Canadian Hall of Fame. It’s a great honour for me to share this award with my family and the Canadian people. This is something that I will hold onto for the rest of my life. I am very appreciative of the Board of the Hall of Fame for recognizing my accomplishments throughout my baseball career. I look very forward to the day of the induction.” said Martinez

Wayne Norton

Wayne NortonBorn in 1942 in Winnipeg, Manitoba, Norton played in 1,206 minor league games – including five seasons in Triple-A – before becoming a trailblazing baseball executive and scout in Canada. In the mid-1970s, Norton founded and established Baseball Canada’s Junior National Team and he became a long-time coach and manager for the organization, while doubling as a part-time scout for the Montreal Expos. He also managed Canada’s Pan Am Games team in 1975, prior to helping to launch Baseball B.C. two years later. In the late 1970s, he was enlisted to create and write Baseball Canada’s first coaching manuals and many of the guidelines from those are still employed today.

En 1986, Norton a créé la National Baseball Institue (NBI) à Vancouver et a engagé John Haar (intronisé en 2007) comme premier entraîneur. La NBI est devenue la meilleure académie à avoir existé au Canada et sert souvent d’exemples pour les autres. Notons certains diplômés qui ont déjà joué dans les Majeures : Matt Stairs (Fredericton, N.-B.) et Corey Koskie (Anola, MB), intronisés en 2015, Denis Boucher (Montréal, QC), Steve Sinclair (Victoria, C.-B.), Paul Spoljaric (Kelowna, C.-B.), Rob Butler (East York, ON), Jason Dickson (Miramichi, N.-B.), Aaron Guiel (Vancouver, C.-B.) et Derek Aucoin (Lachine, QC).

Après avoir quitté la NBI en 1994, Norton a poursuivi sa carrière en tant dépisteur. Pat Gillick, alors avec les Orioles de Baltimore, l’a engagé de 1996 à 1999 et l’a amené avec lui en 2000 chez les Mariners de Seattle. Norton est l’origine des signatures de plusieurs joueurs canadiens, dont Michael Saunders (Victoria, C.-B.), Phillippe Aumont (Gatineau, QC), Tyson Gillies (Vancouver, C.-B.) et Tyler O’Neill (Maple Ridge, C.-B.). Pour son excellent travail comme dépisteur, Norton a été nommé le recruteur international par excellence chez les Mariners en 2007 et le dépisteur de l’année selon le Canadian Baseball Network en 1998 et 2013.

« L’appel m’informant de mon intronisation m’a rendu très heureux. Ce sera certainement un honneur d’être intronisé au Temple de la renommée du baseball canadien. Je suis reconnaissant envers mes amis qui ont voté pour moi, pour mes collègues et ma famille qui ont soutenu ma nomination. Ce geste de leur part veut dire beaucoup pour moi. C’est gratifiant de voir mes apports au baseball canadien être reconnues par mes semblables et acceptées par le comité de sélection. J’ai bien hâte d’être des vôtres, je prévois de belles journées à St Marys. »

Howard Starkman

Howie StarkmanNé en 1945 à Toronto en Ontario, Starkman est à l’emploi des Blue Jays de Toronto depuis quatre décennies. Il avait d’abord été engagé comme directeur des communications le 4 juillet 1976, poste qu’il conservera jusqu’en 1998. Dans ce rôle, il était responsable des relations avec les médias, les diffuseurs, les voyages de l’équipe et les relations publiques. Il a aussi géré le concours « Nomme l’équipe » qui invitait la population à proposer des noms pour l’équipe avant sa saison inaugurale.

Starkman a également contribué de façon importante au premier match des Jays au Stade de l’exposition, au premier match disputé au SkyDome et au cours des éliminatoires et des Séries mondiales. Il a de plus agi comme membre des relations publiques pour les Ligues majeures pour 15 Séries mondiales et 10 matchs des étoiles. Pour son excellent travail dans le département des communications, il a reçu le prix Robert O. Fishel du Temple de la renommée à Cooperstown en 1995. Six ans plus tard, les Ligues majeures ont célébré ses 25 ans de service.

En 1999, Starkman a été nommé le vice-président aux communications des Jays, avant de devenir le vice-président des projets spéciaux de 2002 à 2014. Largement respecté de ses collègues et des médias, Starkman a deux fois été honoré du prix Good Guy du chapitre torontois des journalistes couvrant le baseball (1980 et 1996). En 2012, il a reçu le prix du Président de l’organisme canadien Sports média.

Les Blue Jays ont créé le prix Howard Starkman en 2014 et l’ont aussitôt nommé le premier récipiendaire. Annuellement, cet honneur sera attribué à l’employé des Jays qui aura le plus exprimé les valeurs d’intégration, l’innovation, la responsabilité, le travail d’équipe et sa passion pour la victoire.

Aujourd’hui, il est consultant pour les Blue Jays. « Je suis vraiment honoré de cette sélection au Temple de la renommée du baseball canadien. Je suis avec les Jays depuis 40 ans et c’est au-delà de mes espérances, très gratifiant de voir mon apport être ainsi reconnu. Je suis reconnaissant et fier de rejoindre des joueurs, des dirigeants et des dignitaires si importants pour ce sport au Canada. »

Tony Kubek

Tony KubekNé à Milwaukee au Wisconsin en 1935, Kubek a gagné trois Séries mondiales comme arrêt-court avec les Yankees de New York de 1957 à 1965 avant de devenir un analyste vedette pour le réseau NBC. Il a passé 25 ans derrière le micro, couvrant 11 Séries mondiales, 10 matchs des étoiles et les populaires « matchs de la semaine » du samedi après-midi. Il a eu comme collègue les légendaires Jim Simpson, Curt Gowdy et Bob Costas.

Les Blue Jays de Toronto ont eu la chance d’avoir Kubek comme analyste à la télévision dès 1977 et pendant 13 saisons. Il a expliqué les subtilités du baseball à des dizaines de milliers de téléspectateurs sur les réseaux CTV et TSN. En plus de fournir des informations intéressantes en tant qu’ancien joueur, ses analyses rapides et complètes ont fait de lui l’un des meilleurs et des plus respectés de son époque. Alors avec les Jays, il a été le premier à communiquer avec le réalisateur au cours du match pour proposer des angles de caméra afin d’améliorer les reportages.

Kubek est devenu le premier analyste travaillant exclusivement à la télévision à recevoir le prix Ford C. Frick du Temple de la renommée de Cooperstown en 2009. Du coup, il devenait le premier récipiendaire du prix à avoir travaillé pour une équipe canadienne. Depuis, Tom Cheek (intronisé en 2013) et Dave Van Horne (intronisé en 2014) ont aussi reçu cet honneur.

Après son séjour avec les Jays, il est retourné à New York pour couvrir les matchs des Yankees pour le réseau MSG pendant cinq ans, jusqu’à sa retraite en 1994.

“Overwhelmed, in a positive sense,” said Kubek when asked about how he felt about his induction in the Canadian Baseball Hall of Fame. “Unexpected, because I was doing exactly what I’ve loved doing for much of my life, playing, watching and talking baseball. I had flashbacks of watching a young team being transformed into a winner. I’m grateful for being accepted by Canadian baseball fans, and for this wonderful honor. When I was asked to consider the job with the Blue Jays, I talked to Elston Howard, a teammate and great Yankee, who starred with the Triple-A, International League Toronto Maple Leafs. He said, ‘You gotta take it, they’re the best fans, a friendly city; they know their baseball.’ Ellie was right.”

William Shuttleworth

William Shuttleworth c. 1868Né à Brantford en Ontario en 1843, Shuttleworth est souvent appelé le « père du baseball canadien ». Son apport au baseball au Canada a été mis en lumière récemment par l’historien canadien Bill Humber (intronisé en 2018).

Lorsque Shuttleworth résidait à Hamilton en 1854, il a mis sur pied la première équipe de baseball officielle, alors appelée les Young Canadiens de Hamilton. À partir de ce moment, et jusqu’au milieu des années 1870, Shuttleworth était le leader derrière le baseball au Canada et est devenu le vice-président de la première organisation de baseball au pays en 1864.

En tant que fondateur des Young Canadians, il les a fait passer des règlements du baseball canadien (11 joueurs dans chaque équipe, match de deux manches) aux règles de New York (essentiellement les règles que nous connaissons aujourd’hui) vers 1860. Mais Shuttleworth n’était pas seulement un organisateur, il était aussi un receveur et le premier frappeur de son équipe et a participé au deuxième match international de l’histoire, quelques semaines après le premier et qui mettait en vedette une autre équipe de Hamilton. Alors qu’il était toujours un joueur actif, il était en même temps le président des Young Canadians (qui sont devenus les Maple Leafs en 1862) de 1860 à 1871.

Shuttleworth était aussi membre de l’équipe de l’Ontario (des joueurs venant de Hamilton et Guelph) qui a terminé troisième au cours d’un important tournoi tenu à Détroit en 1967. Shuttleworth a également officié d’importants matchs dans les années 1860, dont une partie de championnat entre Guelph et Woodstock en 1868.

Shuttleworth a ensuite déménagé à Geneva (New York) en 1893 avec son fils. Il est décédé le 31 mars 1903 et est enterré à Hamilton (ON). Il a été intronisé au Panthéon canadien des sports en 2015.

FR